Renseignements Techniques & Normes

Ci-après, vous trouverez des renseignements techniques et normes concernant l’usage de l’Azobé. Puisque les documents officiels divers mentionnés sont soumis aux droits d’auteur, ils ne sont pas directement disponibles via notre site. Pour des renseignements plus précis, veuillez prendre contact avec nous.  En suivant ce lien vous trouverez des renseignements supplémentaires sur les certifications environnementales.

Durabilité

L’Azobé est très résistant (classe 1) dans l’eau (douce). La partie de la grume entre le bois parfait et l’aubier (appelé bois intermédiaire) est certifiée classe 2 (selon la norme ENV 807, méthode 2). Selon « SHR Houtresearch », le bois parfait de l’Azobé pourrait être classé en classe 1/2 et le bois intermédiaire en classe 2. 

Non seulement l’Azobé résiste aux attaques du taret en eau de mer et en eau saumâtre mais il résiste aussi aux acides et autres produits chimiques.

Ainsi, l’Azobé est souvent utilisé en ouvrage de soutènement dans l’industrie chimique.

Résistance mécanique

Au Pays Bas on utilise le classement Européen NEN-EN 338 de résistance mécanique. La valeur C (pour bois résineux) et la valeur D (pour bois feuillus), suivit d’un chiffre, désigne le niveau de la résistance mécanique, ce qui correspond à la flexion statique et la résistance en compression de fil. Ces valeurs sont le point de départ des calculs de résistance du constructeur.

En classe A / B l’Azobé est classé D70. Il fait partie des essences possédant les valeurs les plus élevées de résistance en flexion, traction et compression.

Qualité

La qualité de l’Azobé est définie en trois catégories : Classe A, B ou C (NEN 5480).  La classe A exige le niveau le plus élevé de résistance physique et d’aspect extérieur (nœuds, fissures, fentes, déformations et grain du bois).

La norme Néerlandaise NEN 5493 – (Normes de qualité pour la construction en bois feuillus des travaux hydrauliques et de génie civil), définie 8 catégories d’applications :

  1. Platelages (épaisseur maxi  40mm) 
  2. tabliers de ponts et bastaings pour échafaudage / appontement
  3. Bois de construction
  4. Palplanches et soutainements 
  5. Mains courantes
  6. Poteaux et pieux 
  7. Poteaux sciés
  8. Rondins

Pour chaque catégorie sont identifiées la nature et la fréquence des irrégularités des défauts (cœur, fentes, nœuds, dommages mécaniques, fentes, aubier et déformations sur la longueur), ainsi que des normes des taux d’humidité autorisés avec contrôle des lots.

Résistance au feu

Tout élément de construction intégré dans un ouvrage doit avoir une certaine résistance à la propagation du feu,  afin de permettre le temps nécessaire de secours des personnes en cas d’incendie. Les normes de résistance au feu varient selon les labels des produits. Le label CE impose la conformité à la norme NEN-EN 13501-1. Les produits sans label CE doivent être conformes à la norme NEN 1775 ou une norme Européenne. 

La norme Européenne désigne sept catégories de résistance au feu : A1, A2, B, C, D, E en F, avec l’indice ‘fl’ pour matériaux de sol. Les produits dans la catégorie A1 sont non-inflammable. Les produits non testés ou qui ne rentrent pas dans la catégorie E, sont répertoriés en catégorie F. Les Euroclasses tiennent aussi compte de l’opacité des fumées (quantité et vitesse) – 

notée ‘s’ (s1 = faible quantité/vitesse)

Project Middelburg

Le feu et les planchers, escaliers et passages de secours en Azobé

L’Euroclasse Dfl est exigée pour toute surface de passage au sol. Tout passage de secours doit résister à la propagation rapide de feu et doit ainsi répondre à l’Euroclasse Cfl.  La résistance à la propagation du feu d’un plancher en bois dépend de plusieurs critères comme l’épaisseur, la masse volumique et la finition éventuelle. Les essences d’une masse volumique supérieure à 790kg/m³,  correspondent à la classe Cfl. Les recherches montrent que l’Azobé en épaisseur 45mm correspond à la classe B-s1.

  • Contact

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.